Publié le 01/01/2009
Zara De Saint-Hilaire

LES MULTIPLES VISAGES DE L’INSOMNIE

Zara de Saint Hilaire, Docteur en neurosciences, est également diplômée en thérapie comportementale et cognitive. Elle a mené de 1987 à 1997 d’importants travaux de recherche avec le CNRS, au Collège de France.
Elle exerce aujourd’hui au département de psychiatrie adulte des Hôpitaux de Genève et collabore avec l’Institut de Psychologie René Descartes.
Elle a publié deux ouvrages en 2006 : un "Que Sais-je" consacré à l’Insomnie et "Mieux dormir", aux éditions Hermman. En 1995, elle publiait déjà chez Plon "Comment bien dormir, vaincre les troubles du sommeil".


Émission proposée par Solenne Robin

Extrait
Pour télécharger le fichier MP3, cliquer sur l'icône ci-dessus  

Cliquer ici pour ouvrir Transcription

Zara de Saint-Hilaire : L’insomnie pourrait être due à des facteurs de votre environnement. Dans un premier temps le bruit, la chaleur, un mauvais lit, une mauvaise alimentation, par exemple trop de café, de Coca cola, des excitants, beaucoup de viande rouge. Vous savez, tout ce qui est protéinique est très excitant. Alors, le régime alimentaire joue également un rôle.
Deuxièmement, l’insomnie pourrait être due à des facteurs psychologiques : les états anxieux.  L’insomnie est un des symptômes premiers de la dépression et inversement, l’insomnie chronique pourrait également induire de la dépression.

Lorsqu’on veut faire le diagnostic d’une insomnie, le symptôme d’insomnie chez le dépressif, le premier signe, c’est que cette personne se réveille très tôt le matin et a beaucoup de difficultés d’endormissement. Ces difficultés d’endormissement qui sont vraiment des difficultés très importantes sont les premiers symptômes de la dépression chez un déprimé.  Après, à ça, on associe les signes cliniques de la dépression, par exemple  la perte d’élan, un manque d’envie, un comportement où on se retire un peu, l'irritabilité, etc.

Maintenant, selon des travaux très récents chez certains insomniaques chroniques, cette insomnie pourrait déboucher sur la dépression. Pourquoi ? Parce que l’insomnie a duré trop longtemps, des années et des années, et que la personne tombe dans une situation de détresse et cette détresse pourrait déboucher sur la dépression en disant « Mais je ne dors pas, mais pourquoi je ne dors pas ? » et « Qu’est-ce que je dois faire ? », etc. Ce n’est pas exactement pareil.

Solenne Robin : La crainte de l’insomnie s’autoalimente : on a peur de ne pas dormir, donc on ne dort pas…

Zara de Saint-Hilaire : Ce cercle qui se constitue est appelé le cercle vicieux de l’insomnie.

Cliquer ici pour ouvrir Lexique

Anxieux (adj.) : inquiet, angoissé.

Chronique (adj.) : se dit des maladies qui durent longtemps et se développent progressivement.

Dépression (n.f.) : diminution de forces, de l’énergie physique, morale.

Détresse (n.f.) : angoisse causée par une souffrance.

Diagnostic (n.m.) : reconnaissance des maladies d’après leurs symptômes.

Élan (n.m.) : enthousiasme.

Irritabilité (n.f.) : disposition à se mettre en colère facilement.

Protéinique (adj.) : qui contient des protéines.

Symptôme (n.m.) : phénomène montrant l’existence d’une maladie.

Observer, Comprendre, Apprendre

Afficher les réponses


Le thème


1- Quel dormeur êtes-vous ? Combien d’heures dormez-vous par nuit ?


2- Quels conseils pouvez-vous donner pour bien dormir ?


3- En quoi le sommeil est-il essentiel à la vie ? Par quoi /pourquoi peut-il être perturbé ?



Ecoute attentive


1- Quelles sont les causes de l’insomnie répertoriées par la spécialiste ?

L’insomnie pourrait être due à des facteurs de l’environnement personnel. Deuxièmement, l’insomnie pourrait être due à des facteurs psychologiques.


2- Quelles sont les caractéristiques de l’insomnie chez les patients à tendance dépressive ?

Cette personne se réveille très tôt le matin et a beaucoup de difficultés d’endormissement.


3- Énumérez les autres signes cliniques révélateurs de la dépression.

Perte d’élan, manque d’envie, tendance à s’isoler, irritabilité.


4- D’après l’enregistrement, donnez une définition de qu’on appelle « le cercle vicieux de l’insomnie ».

La peur de ne pas dormir empêche de s’endormir.



Activités et réflexion


1- D’après vous, quelles sont les conséquences de la privation de sommeil sur la vie des insomniaques ?


2- Pourriez-vous imaginer une vie avec des pilules qui empêchent de dormir ?



Pour aller plus loin...


1- Que savez-vous du sommeil et de ses troubles ?

http://www.linternaute.com/sante/questionnaire/fiche/3417/d/f/1/


2- Parmi les citations suivantes, quelle est celle dont vous vous sentez la/le plus proche ? Expliquez pourquoi.
« Un peu d'insomnie n'est pas inutile pour apprécier le sommeil. » Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, Sodome et Gomorrhe, 1922-1923.
« Si les insomnies d'un musicien lui font créer de belles oeuvres, ce sont de belles insomnies. »
« Bien plus que le temps, c'est le sommeil qui est l'antidote du chagrin. L'insomnie, en revanche, qui grossit la moindre contrariété et la convertit en coup du sort, veille sur nos blessures et les empêche de dépérir. » E. M. Cioran, Aveux et anathèmes.
« Souffrant d'insomnie, j'échangerais un matelas de plumes contre un sommeil de plomb. » Pierre Dac.



Pour en savoir plus
Sites internet



Propositions de lectures

M. BILLIARD, Le sommeil normal et pathologique. Troubles du sommeil et de l’éveil, Paris, Masson, 1998.

P. LEMOINE, Insomnie, Guides santé Larousse, 2006.

Science & Vie – Hors série n°220, septembre 2002 – Le sommeil.